Vieille Lesbienne Mature

Première video porno lesbienne pour une femme mûre. A première vue, elle n'a pas l'air très chaude et pas trop dans le bain d'une rencontre coquine Nimes ! Sans doute impressionnée par le décors ou les deux ou trois gars qui sont venus immortaliser la scène. Mais la vieille homo qui l'accompagne dans cette aventure a plus d'un argument dans son sac et réussit à décoincer la brune quadra. La vieille fouine la déshabille lentement, découvrant un corps appétissant en voile resille, puis se met à l'aise à son tour. Le premier cunni est pour la plus jeune des deux, qui se cambre sous les coups de langue de la mamie. Après lui avoir rendu la pareille, elle se laisse enfiler un joli gode dans le vagin, avec, en prime, un doigt dans l'anus.

Lesbiennes matures en plein acte sexuel. Si un jour la science nous permet de nous téléporter, j'aimerais le faire dans un lieu tel que celui ci, en compagnie de toutes ces femmes matures nues ! Une vraie concentration de foufounes ! Toutes âgées de la cinquantaine et un point commun, en dehors de leur penchant lesbien, des paires de nichons énormes ! Et vas y que je te broute le minou, que j'y enfile un gros gode pendant qu'on m'enfile un doigt dans le cul...Les vieilles chattes sont trempées et les langues gourmandes des gouines viennent s'y engouffrer sans hésitation. Regardez cette brune avec une incroyable paire de seins, se faire dévorer les mamelons !

Gouines matures s'enfournent tous les trous a une rencontre sexe nimes. Quelques verres de bière et voilà ces dames un peu éméchées qui se font peindre les seins par un copain artiste. Un anniversaire un peu spécial, puisque les invités sont exclusivement de vieilles gouines. Ça commence par des éxhibs plus ou moins poussées, et puis on se roule une pelle, et puis on se met un doigt devant tout le monde, on se bouffe mutuellement les roberts et le tout se finit en orgie de tribades. Des corps sans dessus dessous se frottent fiévreusement, les langues se délient et titillent les clitos durcis, les doigts disparaissent dans les orifices, tout comme un vibro, qu'on n'a d'ailleurs jamais retrouvé, le tout dans les soupirs et les gémissements.

Sexe entre lesbiennes matures. Sylvie et Murielle sont deux collègues de bureau, et elles se sont découvert récemment une homosexualité commune. Quelques baisers discrets prés de la photocopieuse ou de la machine à café, une petite caresse sur les fesses, jusqu'au jour où elles décident de se donner rendez vous chez l'une d'elle, pour un cinq à sept, afin de mieux faire connaissance et officialiser ce plan cul Nimes. Un petit verre d'alcool pour lever les inhibitions et nos deux gouines sont rapidement nues sur le canapé. Elles sont grave goulues les salopes ! La plus mature domine un peu l'autre, la chauffe à blanc avant de saisir un double gode et de se l'enfiler dans leurs deux chattes béantes.

Là, ça fait pas dans la dentelle !Enfin si, mais seulement pour les dessous. Pour le reste, le groupe de vieilles lesbiennes chevronnées s'en donne à coeur joie et sans aucune retenue aprçs qu'elle se soit connues pour une rencontre Nimes. Ça tombe bien d'ailleurs, qu'il n'y ait pas de voisins proches, elles peuvent hurler de plaisir ces fouines ! Un festival de trous et de rondeurs ! Que celui qui ne rêverait pas de se retrouver à la place de l'un de ces nombreux godes ou autres vibros, me jette la première pierre ! Le lubrifiant coule à flots sur tous les orifices des belles matures aux gros nibards. A faire bander un mort !!!

Ça faisait des années que les deux vieilles habitaient dans la maison à côté de la nôtre. Les deux vieilles, c'étaient Eliane et Elisabeth. Vu l'âge avancé qu'elles devaient avoir, nous autres, trois frères à peine sortis de l'adolescence, on n'aurait pas pu imaginer la moindre seconde quelle était la nature exacte de leur relation. Il faut dire qu'en plus les deux vieilles femmes étaient moches ! Une blonde et une brune, des coupes de cheveux démodées, des vêtements de seconde main, et en plus elles tiraient la gueule ! Bref, tout sauf glamour. Et pourtant, elles n'étaient ni simple amies, ni membres de la même famille, comme nous allions bientôt le découvrir.

Ces deux femmes âgées antipathiques semblaient super méfiantes et fermaient toujours leur portail. De toute façon, il n'y avait sûrement rien à voler chez ces affreuses bonnes femmes ! Toujours est-il qu'un jour elles oublièrent de le fermer. On s'est trop vite imaginé qu'il leur était peut-être arrivé quelque chose et qu'il fallait s'assurer de leur état de santé. Une démarche logique aurait été de sonner à la porte en premier lieu. Dieu sait pourquoi, nous avons directement été regarder à une fenêtre.

Elles étaient bien là et en pleine santé, les deux vieilles. Vous l'avez deviné, je suppose, ce que nous découvrîmes nous... Comment dire ? C'était tout bonnement incroyable en réalité. Il s'agissait de deux vieilles gouines ! Aucun doute n'était permis. Elles s'embrassaient à pleine bouche comme des grosses cochonnes et se malaxaient leurs nichons pendants sans la moindre honte. Elles étaient vraiment moches et nous étions dégoûtés, mais qui se ressemble s'assemble et le spectacle était si particulier que nous restâmes là à les observer bêtement. Ce fut peut-être une erreur car par la suite, j'eus à titre personnel beaucoup de mal à trouver le sommeil.

Si au moins les deux lesbiennes mature avaient collé leurs lèvres... Non ! Elles s'embrassaient par moments toutes langues dehors et commençaient à ôter leurs vêtements. Elles allaient faire l'amour sous nos yeux horrifiés. Nous étions prêts à vomir mais nous continuions à mater, subjugués par le sensationnel ! Elisabeth baisait le ventre d'Eliane et descendait petit à petit. Ce qui allait suivre serait gore, nous en avions la certitude. Mais nous étions collés contre la vitre ! Qui aurait pu nous reprocher de vouloir apprécier en live le spectacle de deux vieilles gouines se touchant et se faisant des cunnis ?